Construction des mots

Introduction

Cette grammaire traite du type des mots et des différentes façons d'ordonner les mots en pandunia. Cependant il est possible d'apprendre le pandunia sans lire cette grammaire, par exemple à l'aide du recueil d'expressions et du dictionnaire.

Tous les professeurs de langue savent qu'une langue devient plus difficile à apprendre à partir du moment où l'étudiant doit apprendre à faire des distinctions qu'il n'a pas l'habitude de faire. C'est pourquoi les étudiants ont des difficultés avec des points tels que l'orthographe irrégulière, les déclinaisons, la concordance des temps, les tons, l'accord entre le nom et l'adjectif, les degrés de politesse, l'harmonie vocalique ou consonantique, les distinctions obligatoires de genre, etc.

Le pandunia n'est pas une langue difficile à apprendre. Il ne possède aucune des complexités mentionnées ci-dessus. Au contraire, il possède une grammaire simple et régulière, un vocabulaire relativement simple et une orthographe phonétique simple.

Il est possible de construire des mots nouveaux en pandunia. Le pandunia possède un système productif de dérivation lexicale. La plupart des suffixes qui sont utilisés en pandunia sont déjà dans l'usage international. Beaucoup d'entre eux proviennent du grec ancien, du latin, de l'arabe et du perse.

Marqueurs de catégories grammaticales

Une catégorie grammaticale est un groupe de mots qui partagent des formes et des fonctions semblables dans les phrases. En pandunia, la catégorie grammaticale est souvent indiquée par la terminaison, en particulier la voyelle finale d'un mot. Par exemple, la plupart des mots qui se terminent en -a servent de verbes dans la phrase.

Les deux grandes familles de catégories grammaticales sont les mots lexicaux et les mots-outils. Les mots lexicaux portent l'essentiel de l'information et du sens. Les mots-outils sont les mots nécessaire à la grammaire. Aucun propos n'aura de sens sans les mots lexicaux, mais on a besoin des mots-outils pour assembler les mots lexicaux, en particulier dans de longues phrases.

En pandunia, les familles principales de mots lexicaux sont : les noms, les verbes et les modificateurs ; et les classes principales des mots-outils sont : les pronoms, les déterminants, les prépositions et les postpositions.

Les terminaisons vocaliques marquent les classes des mots lexicaux comme suit :

  • -e est la marque du substantif (= du nom)
  • -i est la marque de l'adjectif
  • -o est la marque de l'adverbe
  • -a est la marque de la forme active du verbe
  • -u est la marque de la forme passive du verbe.

Ces terminaisons vocaliques permettent facilement à une racine de passer d'une catégorie grammaticale à l'autre. Il suffit de remplacer une terminaison par une autre.

  • La terminaison -e convertit l'idée en une chose concrète. Ainsi nile signifie couleur bleue.
  • The ending-i convertit l'idée en description. Le modificateur qui en résulte altère l'idée du mot complété par l'idée modificatrice. Ainsi nili dome signifie une maison bleue.
  • La terminaison -a convertit l'idée en action. Le verbe qui en résulte permet d'appliquer cette idée à un objet. Ainsi nila dome signifie appliquer du bleu sur la maison i.e. rendre la maison bleue.
  • La terminaison -u crée une action tout comme -a. La seule différence tient dans l'ordre des mots qui est inversé.

Toutes les terminaisons peuvent être appliquées de la même façon à toutes les idées.

Voici quelques exemples de différents types d'idées.

  • action concrète
    • kitabe un écrit (nom)
    • kitabi écrit, textuel (modificateur)
    • kitaba écrire (verbe actif)
    • kitabu être écrit (verbe passif)
  • action abstraite
    • fikre une pensée (nom)
    • fikri pensant.e (modificateur)
    • fikra penser (verbe actif)
    • fikru être pensé (verbe passif)
  • description
    • longe longueur (nom)
    • longi long (modificateur)
    • longa rendre long, allonger (verbe actif)
    • longu être allongé, s'allonger (verbe passif)
  • outil
    • hamar un marteau (nom)
    • hamari semblable à un marteau, tel un marteau (modificateur)
    • hamara marteler, appliquer un marteau à (verbe actif)
    • hamaru être martelé (verbe passif)

Les mêmes terminaisons vocaliques servent également pour les mots-outils, et elles marquent les classes des mots-outils comme suit :

  • -e est la marque du pronom
  • -i est la marque du déterminant
  • -o est la marque de l'adverbe
  • -a est la marque de la préposition
  • -u est la marque de la postposition.

Ainsi, k- sert de racine au pronom interrogatif ke (quoi), à l'adverbe ko (comment), et au déterminant ki (lequel).

Les nombres cardinaux n'ont pas de terminaison vocalique.

On considère que les noms propres ne font pas partie du système de racine et suffixe en pandunia. C'est pourquoi ils ne portent pas toujours les marqueurs des catégories grammaticales normales. Par exemple, le nom d'une personne qui s'appelle Marie peut être mari en pandunia, et ce mot fonctionnera comme un nom, pas comme un modificateur (adjectif ou déterminant), contrairement à ce que la terminaison du mot indique. Evidemment, cela peut prêter à confusion. C'est pourquoi il est recommandé de modifier le nom de façon à adopter la terminaison normale des substantifs ou bien de lui ajouter une appellation marquée par le suffixe san comme dans mari-san.

Dérivation en verbe

-a and -u sont les terminaisons des verbes.

  1. Si l'idée de la racine est une action, alors sa forme verbale signifie "faire l'action". Ainsi, de vide (un regard) vida (regarder).
  2. Si l'idée de la racine est une description, alors sa forme verbale signifie "transformer en cette qualité". Ainsi, de novi (nouveau) on obtient nova (rendre neuf or rénover, renouveler).
  3. Si l'idée de la racine est une chose, alors sa forme verbale signifie "appliquer cette chose à". Ainsi, de hamar (marteau) on obtient hamara (marteler).

Dérivation en substantif

-e est la terminaison du nom.

  1. Si l'idée de la racine est une action, alors sa forme nominale marque le résultat ou le produit de l'action. Ainsi, de kitaba (écrire) on obtient kitabe ((un) écrit ou texte).

  2. Si l'idée de la racine est une description, alors sa forme nominale indique un cas concret de cette qualité. Ainsi, de novi (nouveau, neuf) we get nove (une nouveauté c'est-à-dire quelque chose de nouveau, de neuf).

Des suffixes nominaux supplémentaires sont présentés plus loin.

11.1.4. Dérivation en adjectif

-i est la terminaison des adjectifs et des verbes adjectivaux.

  1. Si l'idée de la racine est une description, alors sa forme adjectivale signifie "ce qui est dans l'état de la racine". Ainsi, de nov- (caractère neuf, nouveau) we get novi (neuf, nouveau c'est-à-dire ce qui est nouveau ou neuf).

  2. Si l'idée de la racine est une action, alors sa forme adjectivale indique l'état produit par l'action. Ainsi, de loga (parler) on obtient logi (parlé ou oral).

  3. Si l'idée de la racine est une chose, alors sa forme adjectivale signifie "ce qui est comme la racine". Ainsi, du nom insan (être humain) on obtient l'adjectif insani (humain qui a les attributs de l'être humain).

  4. Si la racine est un nom de lieu, alors sa forme adjectivale signifie "ce qui provient de ce lieu".

irania Iran, irani iranien pakistan Pakistan, pakistani pakistanais amerike Amérique, ameriki américain europe Europe, europi européen asia Asie, asi asiatique

Mots sans terminaisons

Certains mots en pandunia n'ont pas de terminaison vocalique. En voici les règles :

  • Les verbes portent toujours une terminaison : -a ou -u.
  • Les modificateurs ont presque toujours la terminaison -i. Les adjectifs les plus courants constituent des exceptions à la règle : bon, mal, lil, day.
  • Les noms portent la terminaison après des consonnes dures (ex. supe, pede, yuke) et des groupes de consonnes (ex. cante, poste, zebre) mais pas après des consonnes douces ou des semi-voyelles (ex. cay, maw, man, fem, hotel).

Ainsi nous utilisons normalement la forme brève insan (être humain) au lieu de insane. De même, nous disons normalement bon (bon) au lieu de boni. Remarque : utiliser les terminaisons vocaliques sur chaque mot est toujours acceptable. Il s'agit d'un choix artistique des auteurs du pandunia ne ne pas exiger ces terminaisons sur des racines terminées par des consonnes douces.

Mots composés

Deux racines ou davantage peuvent être assemblées de façon à former un mot composé. Le dernier mot est celui portant le sens le plus important du groupe et les mots qui se placent avant lui ne font que modifier son sens.

Les mots composés se construisent à partir de simples mots-racines, jointes entre elles par la voyelle -o.

Ainsi, voilà comment on construit le mot kanosuy (larme) :

      kan       (œil)
   +  suy       (eau)
____________
= kanosuy       (larme)

Et le mot termometer (thermomètre) :

     terme      (température)  
   + meter      (appareil de mesure)
____________
= termometer    (thermomètre)

La voyelle -o- n'est pas utilisée quand le second mot commence par une voyelle.

      dew       (dieu)  
   + iste       (adepte, partisan, -iste)
____________
=  dewiste      (déiste)

La terminaison vocalique du premier mot est toujours omise dans un mot composé.

     pace       (paix)
   + iste       (adepte, partisan, -iste)
____________
=  paciste      (pacifiste, partisant de la paix)

Suffixes courants

-bli

Indique la possibilité. Il se place après le mot-racine.

vidabli qui peut êtr vu, visible
vidubli qui peut voir

-er

Crée des noms agents. Il marque une personne ou un outil qui produit une action.

loga parler ; loger celui / celle qui parle, orat.eur.rice, locut.eur.rice beka (faire) cuire au four ; beker celui / celle qui fait cuire, boulanger.e
lida mener, diriger ; lider celui qui mène ou dirige, meneur, leader
filsofa penser profondément, réfléchir ; filsofer philosophe komputa calculer (des données) ; komputer ordinateur
morta tuer ; morter tueur, tueuse

Le mot dérivé peut aussi avoir un sens plus lâche par rapport à la racine.

sapate chaussure ; sapater cordonnier.e, fabricant.e de chaussures
muskete mousquet ; musketer mousquetaire
kase caisse (magasin) ; kaser caissier.e

-ia

Crée des noms collectifs. Il marque un groupe d'éléments nommés par la racine comme formant une unité.

insan être humain ; insania humanité, genre humain, tous les êtres humains en tant que groupe.
kristi chrétien, kristia chrétienté, tous les chrétiens en tant que groupe. filosof point de vue, vision, sagesse de vie ; filosofia philosophie, la discipline de la sagesse.

Ce suffixe se trouve souvent dans les noms de lieux, en particulier les noms de pays. Cependant son usage n'est pas systématique et n'est pas requis. Il y a également beaucoup de noms de pays qui ne sont pas terminés par -ia.

arabi arabe ; arabia Arabie rusi russe ; rusia Russie turki turc ; turkia Turquie asia Asie indonesia Indonésie
italia Italie

Par ailleurs, les noms abstraits sont souvent terminés par -ia.

novi nouveau, neuf, novia nouveauté
huri libre, huria liberté

Placé après -er, ce suffixe marque un lieu de travail.

bekeria boulangerie
fateria usine, manufacture sapateria cordonnerie

-is-

Suffixe causatif.

jana savoir, connaître
janisa faire savoir, faire connaître, informer nota noter notisa notifier, avertir

-ist-

Ce suffixe marque une personne qui tend à se comporter ou à penser d'une certaine façon, ou bien à suivre une certaine idéologie ou religion.

dew dieu
dewiste déiste (celui / celle qui croit en l'existence d'un ou de plusieurs dieux)
dewisti déiste (adjectif)
dewistia déisme (système de croyance en un ou plusieurs dieux)

-ul-

Crée des verbes qui renversent le sens de la racine du verbe.

noda nouer ; nodula dénouer
tapa boucher ; tapula déboucher, enlever le bouchon.

Mots-fonctions

Les mots-fonctions sont des mots qui aident à organiser les autres mots dans des phrases plus ou moins complexes. C'est une catégorie grammaticale fermée, c'est-à-dire que de nouveaux mots n'y seront quasiment jamais ajoutés. Les mots-fonctions se comportent par définition différemment des mots lexicaux, qui est une classe ouverte de mots qui se réfèrent aux choses du monde en dehors de la structure de la langue.

En pandunia, les mots-fonctions possèdent les caractéristiques suivantes :

  1. Le mot est composé d'une consonne et d'une voyelle.
  2. La consonne marque l'idée générale du mot.
  3. La voyelle a une signification structurelle, comme suit :
    • -e est la marque du pronom
    • -i est la marque du déterminant ou du modificateur
    • -a est la marque de la préposition
    • -u est la marque de la postposition
Idée -a (préposition) -e (nom ou pronom) -i (modificateur) -u (postposition)
1 1e personne me
je
mi
mon, ma, mes
2 2e personne te
tu ; vous (formel)
ti
ton, ta, tes
3 3e personne le
il, elle
li
son, sa, ses
4 Réfléchi ze
se ; lui-même, elle-même
zi
(son, sa, ses) propre
5 Interrogatif ke
quoi ?
ki
lequel ?
6 Démonstratif proche ye
ceci, celui-ci…
yi
ce … (-ci)…
7 Démonstratif lointain we
cela, celui-là
wi
ce … (-là)…
8 Négation / absence na
sans
no
ne … pas
nu
sans, dépourvu de
9 Affirmation / presence sa
avec, à, dans
si
oui
su
qui a telle caractéristique, plein de …
10 Possession da
de
du
de (= anglais : 's)
11 Destination pa
à, pour, vers
pu
en direction de
12 Origine ca
de, depuis
cu

Mise à jour le 29 mars 2020